Les secours n’ont pu que constater le décès du prévenu.

Coup de théâtre au Tribunal fédéral de Lausanne dans l’après-midi de jeudi! Alors que le juge rendait son verdict à propos d’une affaire en cours, la cour a été témoin d’un drame sans précédent. “Je n’ai pas vraiment compris : tout s’est passé très vite” admet la procureure, Maître Béatrice Merlot. En effet, à peine la sentence prononcée, l’accusé, Romain Conti, un vaudois d’une quarantaine d’années, s’est alors levé de son siège pour contester la décision. Selon le greffier, il aurait prononcé les paroles suivantes : “Romain n’est pas un criminel! Je rejette votre verdict!” C’est alors que l’impensable se produit : Romain Conti sort de sa poche une petite fiole contenant un liquide rougeâtre qu’il ingurgite aussitôt, avant de déclarer : “Ce que je viens de boire était du Goron!” Il s’effondrera seulement quelques secondes plus tard, pris de violentes convulsions.

Les secours arriveront quelques minutes après seulement, mais il sera déjà trop tard : le corps de l’accusé n’aura pas résisté à la puissance du poison. Spécialiste en toxicologie, Albert Bordeaux explique la dangerosité de cette substance : “Il faut bien comprendre que le Goron est, selon les provenances, de dix à vingt fois plus toxique que le cyanure. Une seule goutte de ce produit peut servir à empoisonner une cinquantaine d’adultes.” Il existerait cependant des individus ayant développé une immunité face à cette substance si néfaste. “Des expériences ont montré que si le sujet est soumis régulièrement et dès son plus jeune âge à des produits similaires, comme le Beaujolais nouveau, il peut développer une résistance face au Goron” argumente le spécialiste.

Reste à savoir comment l’accusé a pu se procurer un produit réputé si dangereux. Un employé du Tribunal fédéral a notamment été mis en examen, après que l’on a appris qu’il avait récemment rendu visite à sa famille en Valais. Affaire à suivre, donc.

Image : Roland Zumbühl via Wikimedia Commons (CC BY-SA 3.0)