Le groupe de la gauche de la gauche veut dénoncer “l’hégémonie du grand capital.”

La gauche de la gauche ne prend que peu de repos. A peine remis de sa lutte contre l’initiative pour la réforme de l’AVS, le mouvement solidaritéS a annoncé hier s’être lancé dans la récolte de signatures afin de proposer un nouveau projet de loi : l’interdiction des priorités de droite. “Pourquoi toujours et encore les priorités de droite ? Pourquoi pas des priorités de gauche ?” se demande Pascal, qui s’est engagé dans la formation d’extrême gauche il y a à peine 3 mois. “Vous trouvez pas ça bizarre vous ? La règle de la priorité de droite, elle s’applique quand il n’y a pas d’autre règle, comme par hasard! Ça vous rappelle pas l’hégémonie du grand capital ça ? Vous en avez déjà entendu parler j’espère!”

Pascal explique que l’initiative vise à dénoncer les symboles permanents qui, selon lui, obligent implicitement la population à croire que la droite est plus désirable que la gauche. “Quand les enfants, ils font des maths à l’école, ils doivent dessiner quoi ? Des DROITES parallèles. Pourquoi pas des gauches parallèles ?” Mais le biais s’étendrait selon lui à tous les domaines, y compris religieux : “Pis Jésus hein ? A droite du Seigneur, comme par miracle! Pourquoi pas à gauche ? Bon, ça, de toute façon, je m’en fiche un peu parce que les religions, c’est trop l’opium du peuple quoi” explique-t-il, avant de se reprendre : “Non mais les drogues, c’est pas forcément mauvais hein : moi je suis pour la légalisation du cannabis par exemple.”

Si l’initiative récolte suffisamment de signatures, le mouvement a fait savoir qu’il en lancerait d’autres du même type. Dès lors, si celle contre les priorités de droite venait à passer en votation, elle serait immédiatement suivie d’une autre qui réclamerait cette fois l’abolition des droitiers.