Un drame personnel pour ce trentenaire membre du parti conservateur.

Rien ne va plus pour Edgar* (prénom d’emprunt), alors que les votations à propos du maintien ou non du subventionnement des chaînes publiques approchent à grands pas. En effet, ce jeune membre de l’UDC (qui a tenu à garder l’anonymat pour des raisons évidentes) a, pour reprendre ses mots, “le cul entre deux chaises” : “Je ne sais vraiment pas quoi faire à propos de l’initiative “No Billag” : quand je suis avec les copains du parti, je les entends s’insurger contre les journalopes gauchiasses de la RTS qui polluent les merdias. Mais moi, quand je rentre chez moi, j’adore me mettre sous la couverture en regardant “Passe-moi les jumelles”, ça m’aide à me détendre.”

Apprécier le service public est donc un secret bien difficile à conserver pour Edgar. Car il sait que révéler à ses amis partisans qu’il regarde la RTS ou qu’il écoute la Première reviendrait quasiment à une forme de suicide politique. “Rien que l’autre jour, j’avais oublié de fermer l’onglet d’un article de la RTS que je venais de consulter sur mon smartphone. J’ai dû prétendre qu’il s’agissait d’un pop-up indésirable.”

La haine de ses amis partisans à l’égard du service public a des répercussions évidentes sur leurs activités de groupe : “L’autre soir par exemple, lorsqu’on s’est tous réunis chez moi pour regarder le match Suisse-Portugal, j’ai dû mettre un petit post-it en haut à droite de l’écran afin de cacher le logo. La dernière fois, j’avais oublié de le faire, et Kevin était parti en crise d’épilepsie.” Quoi qu’il en soit, Edgar devra faire preuve d’initiative au moment du vote, en début d’année prochaine.

Image : Pixabay/geralt