La diffusion de ce genre de remix sera désormais sanctionnée.

Dans ce groupe d’amis, on se rappellera de ce vendredi soir, mais pas pour les bonnes raisons. Alors que cette “joyeuse bande de potes” avait entrepris d’aller danser dans une boîte de nuit lausannoise, la situation allait rapidement tourner au drame lors de la diffusion d’un titre en particulier : un sombre remix reggaeton de Bella Ciao, le célèbre chant de révolte italien, repopularisé récemment par la série Casa de Papel. “Quand le titre a été diffusé, Jessica est devenue soudainement très étrange, comme si son esprit avait quitté son corps, avant qu’elle ne s’effondre” raconte l’un de ses amis. “Comme elle est militante à gauche, j’ai vite compris qu’il s’agissait pour elle d’une agression intolérable, mais il était déjà trop tard.”

Une situation malheureusement tout à fait normale vu l’ampleur du choc, ainsi que l’explique Dave Heisse, médecin spécialiste au CHUV: “Lors de chocs trop violents et soudains, le cerveau peut simplement décider qu’il n’a pas suffisamment de force pour endiguer le phénomène et “s’éteindre”, d’une certaine manière.” Parmi ses amis, on ne comprend pas pourquoi Jessica a résisté à la reprise de Bella Ciao par Maître Gims, mais pas au remix reggaeton. Cela s’explique pourtant facilement selon David Heisse : “Lorsque la jeune femme a écouté le Bella Ciao de Maître Gims, elle s’y attendait probablement. Elle a donc pu mettre en place ses défenses psychologiques pour résister face à un tel assaut, chose qu’elle n’a malheureusement pas eu le temps de faire lors de la diffusion soudaine du remix reggaeton dont elle ignorait probablement l’existence.”

Suite à ce fait divers, le canton a d’emblée pris des mesures afin d’empêcher la création et la diffusion de remix douteux. Cette nouvelle loi a d’ailleurs déjà permis à la police d’intervenir à temps samedi soir avant que ne soit diffusé un remix dubstep de L’Internationale.

Image : Pixabay/geralt