A quand les champs d’Alain Rebetez ?

Voilà une nouvelle qui devrait réjouir les écologistes! Après plusieurs mois de test, des chercheurs de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) ont réussi à déterminer que le journaliste de la RTS Alain Rebetez dégageait l’équivalent de 26 éoliennes : “C’est une très grande nouvelle pour le monde scientifique” affirme Nicolas Gringass. “Nous avons, ces dernières années, passé beaucoup de temps à chercher du côté de la fusion nucléaire pour produire de l’énergie non polluante et peu coûteuse. Désormais, il paraît évident que les gouvernements du monde entier devraient investir dans le Alain Rebetez pour préserver l’environnement.”

Si cette étude réjouit une bonne partie de la population, elle laisse néanmoins certaines personnes relativement sceptiques. “Franchement, vous voulez faire quoi avec ça ? Des champs d’Alain Rebetez ? Je vous rappelle qu’on était contre les éoliennes parce que ça faisait beaucoup de bruit, et vous vous ramenez avec une solution 7 fois plus bruyante !” explique un opposant. Il est en effet avéré que, malgré ses avantages, Alain Rebetez peut produire des sons allant de 100 à 110 décibels à 100 mètres de distance.

Reste également le problème de la quantité limitée d’Alain Rebetez à travers le monde : “Il est vrai, rappelle Nicolas Gringass, qu’Alain Rebetez est une exception. A titre de comparaison, Darius Rochebin ne dégage que l’équivalent d’un centième de centrale nucléaire. Quant à Esther Mamarbachi, il faudra faire des études plus poussées, car elle libère beaucoup d’énergie dans les infrarouges.”

Image : RTS (capture d’écran)