Des peines planchers seront appliquées.

A l’heure de l’ouverture des stations de ski, voilà une nouvelle qui ne devrait pas manquer de faire de réagir. Alors que plusieurs plaintes ont été déposées ces dernières années contre les personnes qui se mettent à chanter “Quand te reverrai-je” lorsque les télésièges tombent momentanément en panne, le Tribunal fédéral a appelé à la création de peines planchers afin de pouvoir endiguer au mieux ce phénomène qui, chaque année, envahit un peu plus les stations suisses. “Ces peines, qui sont certes sévères, permettront de couper le mal à la racine et de faire réfléchir les potentiels délinquants” note le juriste Thierry Balasko.

“Plus ça avance, plus c’est pire, cela se transmet véritablement comme un virus” explique Gérard Blanc, responsable des remontées mécaniques de la station de Villars-Gryon. Si l’on ne peut pas techniquement parler d’un virus, il s’agirait selon les spécialistes d’un comportement social extrêmement contagieux, ainsi que l’explique Michel Lhermitte, chercheur au CHUV : “Nous avons fait des expériences sur plusieurs années consécutives. Au début des années 80, lorsqu’un individu se retrouvait coincé sur un télésiège, il entonnait la chanson “Quand te reverrai-je”, après environ 30 secondes. Les derniers résultats de 2017 montrent que l’individu moyen chante cette même chanson après seulement trois secondes de panne.”

Les premières peines de ce type seront donc testées dès janvier 2019. Les personnes surprises en flagrant délit se verront infliger une peine de six mois de prison ferme. Si la personne renchérit avec d’autres répliques issues du film “Les Bronzés font du ski”, la peine pourrait être doublée. 

Image : Wikimedia/Marzio Bergomi (CC BY-SA 3.0)