La convergence des luttes s’opère de manière inattendue.

À l’approche des fêtes de Noël, les gilets jaunes peuvent désormais compter sur des alliés géographiquement distants mais aux revendications similaires, puisque les lutins du Père Noël ont décidé, par vote, de se joindre au célèbre mouvement de protestation. “Nous n’en pouvons plus de nos conditions de vie. Nous nous mettons donc en grève illimitée jusqu’à nouvel avis et nous nous associons au mouvement humain français des gilets jaunes” a indiqué Skyrgámur, porte-parole du syndicat Pôles Sud-Nord.

Cette prise de position n’est que peu étonnante : elle fait suite à de nombreuses réformes prises par le nouveau gouvernement ultra-libéral du pôle Nord. “Non seulement notre pouvoir d’achat n’a cessé de baisser ces dix dernières années, mais en plus, on est bombardés de taxes pour soi-disant favoriser l’écologie. La dernière en date, c’est une taxe sur les vieux rennes pour encourager les gens à acheter des traîneaux électriques” déplore Stúfur, qui travaille dans les ateliers du Père Noël depuis un peu plus de 100 ans. “Pour combien de temps encore, je ne sais pas, avec les délocalisations au pôle Sud…” évoque-t-il inquiet en touchant sa longue barbe blanche.

Plusieurs actions sont donc prévues pour cette journée de samedi. Alors que certains lutins bloqueront les principaux axes autoroutiers célestes afin de paralyser l’acheminement progressif des cadeaux de Noël, d’autres ont indiqué vouloir se rendre à Paris pour rejoindre les manifestations organisées par leurs camarades humains. “Inutile de préciser qu’Emmanuel Macron, qui a été très très vilain cette année, n’aura droit à aucun cadeau pour Noël!” prévient Ketkrókur, qui a réuni tous les grelots qu’il pouvait trouver dans les ateliers du Père Noël : c’est qu’il faudra aire un maximum de bruit lorsqu’il battra les pavés parisiens.