On ne sait qui était premier au moment du tir.

La crise nord-coréenne connaît chaque jour un nouveau rebond. Dimanche, aux alentours de 21h00, heure suisse, un radar de l’armée japonaise a détecté un objet non identifié manifestement en provenance de la Corée du Nord : “On n’avait aucune idée de ce que ça pouvait être, mais on voyait bien que c’était bleu. L’objet se déplaçait très rapidement en plus” a indiqué la caporale japonaise Miya Moto au JDAPP dans la matinée de lundi. Selon elle, la trajectoire de l’objet était difficile à identifier. Pourtant, “cela se voyait que l’objet savait précisément où il devait aller. C’est là qu’on a compris qu’il s’agissait d’une carapace bleue.” Si les autorités japonaises sont habituées à subir les provocations de la Corée du Nord (les radars ont intercepté plus de 60 carapaces vertes et rouges depuis le début de l’année), l’utilisation d’une blue shell est une première. “Cela montre bien que Kim Jong-un a décidé d’accentuer ses provocations pour montrer qu’il dispose d’une technologie supérieure” conclut Miya Moto.

Evidemment, les Etats-Unis n’ont pas tardé à réagir face à ce qui apparaît cette fois comme une forme d’ultimatum. A cet égard, Donald Trump ne s’est pas retenu. Le Président américain a en effet tweeté peu de temps après l’annonce : “La Corée du Nord ferait bien d’arrêter de menacer les Etats-Unis. Si Kim Jong-un persiste, nous n’hésiterons par à utiliser des éclairs et des étoiles en quantités illimitées.” Quoi qu’il en soit, il est maintenant possible d’admettre sans problème que la crise nord-coréenne a atteint son paroxysme.

Image : Pixabay/OpenClipart-Vectors