Un drame qui n’est autre que la malheureuse conséquence du choc des cultures.

Tout se passait pourtant bien hier dans le bus 16 des Transports Lausannois (TL) direction Grand-Vennes mais soudain, mais la situation allait vite basculer. Alors que le bus s’arrête à Tivoli, un jeune homme d’une vingtaine d’années monte par la porte avant et, dans ce qui peut sembler être un accès de folie, salue le chauffeur. Immédiatement, 3 personnes présentes dans la première partie du bus perdent connaissance, ainsi que le témoigne Valérie, qui était présente dans l’autocar : « En fait, j’ai cru que j’avais mal entendu mais au moment où j’ai tourné la tête, j’ai vu qu’en plus, il avait salué le chauffeur de la main, le doute n’était donc plus permis. »

Si la situation n’a pas dégénéré davantage, c’est grâce au sang froid d’un passager qui n’a pas hésité à plaquer le criminel au sol avant de contacter les autorités. Selon nos informations, le jeune homme se serait radicalisé durant son séjour dans le Gros-de-Vaud. Notre expert en psychologie des masses nous explique : « Dans les petites régions du canton, les mœurs sont différentes. Non seulement, saluer les chauffeurs de bus n’est pas condamné, pire : c’est même recommandé. Voilà comment on explique le fait que des jeunes hommes a priori tout à fait normaux puissent perdre leurs repères et commettre l’irréparable. »

Quoi qu’il en soit, l’affaire a immédiatement été portée devant les tribunaux, le procureur général a requis la perpétuité contre le jeune homme, son avocat préconise quant à lui une prise en charge par des milieux spécialisés.

Image : Wikimedia/Snoopy 31 (CC BY-SA 3.0)