Nicolas Sarkozy a employé des mots forts.

C’est ce qu’on appelle une apparition remarquée. Suite à sa mise en examen dans le cadre d’un éventuel financement illégitime de sa campagne en 2007 par la Libye, Nicolas Sarkozy a pris la parole devant les Français via le journal télévisé de 20h sur TF1. Combattif, Nicolas Sarkozy n’a pas hésité à employer des mots forts pour se défendre. Ainsi, lorsque le journaliste lui a demandé s’il était effectivement impliqué dans cette affaire, Nicolas Sarkozy, sans flancher, a immédiatement répondu : “C’est celui qui dit qui est.”

Une réponse qui a paru déstabiliser le présentateur du journal, qui a directement enchaîné sur une autre question : “Avez-vous oui ou non perçu des fonds de la part de Mouammar Kadhafi pour financer votre campagne de 2007 ?” Si elle paraissait plus incisive, cette question n’est pas parvenue à déstabiliser l’ex-président de la République qui a alors répondu : “Miroir!”

Contacté par le JDAPP, Nicolas Sarkozy a affirmé avoir été très satisfait de sa performance : “Je n’étais même pas à court d’arguments. S’il m’avait interrogé sur d’autres affaires pour lesquelles j’ai été mis en examen, j’aurais simplement répondu “Boomerang!” Je peux vous dire qu’il aurait pas fait le malin.”

Image : capture d’écran TF1